Métiers

LE METIER DE PAYSAGISTE S’EXERCE DANS DES CONFIGURATIONS ET DES CONTEXTES VARIES

 

  • pour répondre à des missions « d’assistance à maîtrise d’ouvrage » et/ou des missions de maîtrise d’œuvre
  • nécessitant aussi bien des compétences de concepteur et de pilote de projet, que de conducteur de chantier
  • sous forme libérale ou salariée, dans des structures privées ou publiques : agences ou bureaux d’études de paysage, ou pluridisciplinaires (architectes, urbanistes, sociologues, etc.) ; entreprise de la construction et de l’aménagement du territoire ; structures de Maîtrise d’ouvrage (sociétés privées, établissements publics de communauté de communes, Conseils Généraux, CAUE, etc…

Missions du paysagiste

La mission du (de la) Paysagiste ESAJ est d’imaginer, de concevoir, de proposer, de mettre en œuvre des formes et des dispositifs paysagers nouveaux et sensibles, à toutes les échelles de territoire, en milieu urbain, péri-urbain, rural, forestier ou naturel.

 

Parce qu’il est capable d’appréhender les dynamiques complexes de l’environnement il est l’allié des acteurs de l’aménagement et du développement des territoires. Il les aide à maîtriser l’impact de leurs actions sur le sens et la valeur des cadres de vie.   

 

Parce qu’il contribue à la production et à la diffusion des savoirs sur les milieux vivants et le paysage, il est un acteur clé de la transition écologique.

Center Parcs Eloïse Masson
Projet Center Parcs Eloïse Masson

Compétences et expertises

 

 

Détail pommier Eloise Masson
Détail pommier Eloise Masson

Le paysagiste formé à l’ESAJ est recherché pour ses savoir-faire reconnus :

 

• Poser une problématique : aptitude à observer et analyser un site au regard d’une commande pour y identifier les principaux risques et enjeux afin de les hiérarchiser et y apporter des solutions viables.

• Projeter les transformations de l’espace en cohérence avec l’environnement naturel mais aussi historique, économique, social, culturel mais aussi réglementaire. Ses connaissances pluridisciplinaires qui lui permettent de définir les meilleurs partis pris d’aménagement cohérents au regard de l’environnement et pertinents au regard de la commande.

 

• Représenter sous forme de dessins et de plans métrés et chiffrés inscrits dans un projet d’ensemble grâce à sa culture artistique et technique du projet de paysage.

 

• Il a acquis la connaissance des milieux professionnels grâce à ses stages qui lui permettent d’être opérationnel sur la conduite de projets dès la sortie de l’école. Il maîtrise le cycle du projet de paysage : études préliminaires, programmation, conception, description des travaux, dossiers de consultation des entreprises, suivi de réalisation.

 

• Il sait travailler en équipe et communiquer avec toutes les parties prenantes des projets d’aménagement et de paysage.

La minute définition

MAÎTRE D’OUVRAGE et MAÎTRE D’OEUVRE

 

Commanditaire du projet, le maître d’ouvrage définit le cahier des charges et par conséquent les besoins, le budget, le calendrier prévisionnel ainsi que les objectifs à atteindre. C’est une personne morale ou physique, par exemple une entreprise, une collectivité ou un particulier.

Pour réaliser son projet, le maître d’ouvrage fait appel à un maître d’oeuvre et peut par ailleurs se faire aider d’une maîtrise d’ouvrage déléguée pour le gérer au mieux.

Donneur d’ordre, le maître d’ouvrage suit le projet durant toute sa réalisation, il est le dernier à intervenir si besoin lors de la réception, puisqu’il en est à la fois le pilote et le « propriétaire ». Le terme de « maître d’ouvrage » est surtout employé dans l’univers de la construction, même s’il a tendance à s’étendre à d’autres domaines.

Témoignage

Annoa Parent – Responsable du pôle Ingénierie Environnementale et Energétique chez Bouygues Construction

 

 

Comment as-tu décidé de faire des études de paysagiste à l’ESAJ ?

 

Après un bac Scientifique, j’ai réalisé une prépa dans l’objectif de faire une école de Kinésithérapeute.

Je me suis aperçue que le format « préparation » et bachotage ne me convenait pas, réflexion que j’avais déjà eu au lycée avec la pédagogie dite « conventionnelle ».  J’avais besoin de m’épanouir au travers de la création, l’expérimentation et de m’échapper des feuilles perforées et des cahiers.

Depuis toujours intéressée par la biodiversité et les grands espaces, le paysage m’attirait sans même que je sache qu’il existe un métier relatif à cela. 

En prenant connaissance de l’existence de l’ESAJ, cela a été une évidence : tant les thématiques de cours abordés que le « mode projet » m’ont séduite.

 

Peux-tu revenir sur ton parcours de formation et tes débuts professionnels ?

 

Suite aux 4 années passées rue de Bagnolet, je me suis orientée vers un master à la Sorbonne en Développement durable. Le spectre « social/sociétal/environnemental » s’est donc ouvert à moi sur la base du métier de Paysagiste Concepteur, profil atypique qui m’a permis de faire la différence sur de nombreux sujets.

J’ai ensuite réalisé mon stage chez Bouygues Construction sur les matériaux Biosourcés (matériaux d’origine végétale ou animal). A l’époque, il s’agissait des prémices de cette thématique à grande échelle. Je n’avais aucune connaissance en Construction mais était capable d’avoir les arguments Environnementaux permettant de faire valoir la nécessité d’enclencher la transition.

C’est à partir de mon stage que je me suis éloignée de mon cursus initiale de Paysagiste Concepteur et ai basculé vers la Construction durable. L’ESAJ m’avait formé pour aborder un projet avec de multiples composantes (botanique, topographique, techniques…), la Sorbonne avec des connaissances généralistes sur le développement durable : je me sentais à mon aise dans la Construction durable qui était une synthèse de ces deux formations (hormis pour la partie Technique du BTP que j’ai apprise sur le terrain! ). 

 

En quoi consiste ton métier aujourd’hui et quels sont les aspects qui te plaisent le plus ?

 

Actuellement chez Bouygues Construction, je suis en charge du Pôle Environnement et Énergie. Mon métier consiste à construire des bâtiments composés de matériaux sains, consommant peu d’énergie et s’intégrant dans une dynamique territoriale.

Je travaille sur des projets avec des spécialistes tout corps d’état (électricité, gros œuvre, Façades …) et fait aussi du suivi de chantier et du développement « transverse » à l’exemple de la thématique Bas Carbone.

Par rapport aux ingénieurs qui m’entourent, mon profil hybride permet d’aborder une grande diversité de projets et de thématiques qui font de moi une personne épanouie !